CBD en France

CBD en France : 3 signes qui plaident en faveur du boom imminent du marché

Malgré une incertitude juridique latente qui ralentit sa progression, le marché français du cannabidiol (CBD) devrait vraisemblablement connaître une croissance fulgurante à moyen terme. Engouement de la communauté scientifique et du ministère de la Santé, entrée en jeu des principaux acteurs de la grande distribution, décision favorable de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE)… les signes du boom imminent se multiplient ! On vous explique…

#1 Le grand essai clinique du ministère de la Santé et des Solidarités

La multiplication des études scientifiques qui mettent en exergue le potentiel thérapeutique du cannabidiol a poussé le ministère de la Santé et des Solidarités à lancer une grande expérimentation en mars 2021.

Ainsi, plus de 3 000 patients souffrant de pathologies neurologiques (épilepsie notamment), de cancers avec des symptômes rebelles, de sclérose en plaques ou encore de douleurs chroniques devraient bénéficier de traitements expérimentaux à base de cannabidiol. Les premiers résultats devraient être publiés au deuxième trimestre 2023. Spoiler : les premiers échos sont très positifs, notamment sur le soulagement de la douleur et la réduction de la fréquence et de l’intensité des crises d’épilepsie, y compris dans les formes réfractaires et « pharmaco-résistantes » de la maladie.

Bien entendu, les doses de CBD que l’on retrouve dans le cadre médical sont plusieurs fois supérieures à celles que l’on retrouve dans les produits du commerce. Cette grande étude devrait toutefois profiter au marché grand public sur deux niveaux :

  • Confirmer la position de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui explique que le CBD « ne présente pas de potentiel d’abus et n’est pas nocif pour la santé » ;
  • Contribuer à la réhabilitation de l’image du cannabidiol, une molécule qui a longtemps souffert de son affiliation au cannabis.

#2 Les grandes surfaces se lancent dans le marché du CBD

L’année 2022 a été marquée par l’arrivée des grandes surfaces de distribution sur le marché du cannabidiol. Au cours du 1er trimestre 2022, Monoprix a lancé une grande campagne de communication en marge de l’ouverture de ses espaces CBD dans les rayons « beauté » et « parapharmacie » de ses magasins urbains. L’enseigne a d’ailleurs fait circuler un « CBD Truck » en région parisienne pour faire de la pédagogie et lever les idées reçues sur le CBD. Carrefour imitera Monoprix dans la foulée, multipliant les partenariats avec les marques françaises proposant des produits de CBD orientés santé et bien-être.

Ces « institutions », qui jouissent d’un capital confiance important, devraient contribuer à améliorer l’image du CBD auprès du grand public. Aussi, ces grandes entreprises ont les moyens de réaliser des veilles légales très poussées, sans parler de leurs capacités de lobbying. Leur entrée sur le marché est donc un signe positif en faveur du boom imminent de la filière du CBD en France.

#3 La CJUE a rendu des décisions plutôt favorables au CBD

L’affaire « Kanavape », du nom d’une entreprise qui a proposé des produits de CBD en France dès 2014, illustre très bien le paradigme de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). L’Etat français avait rapidement condamné l’entreprise au titre de « commercialisation de produits illicites ». Dans la foulée, la Cour d’appel d’Aix en Provence a porté l’affaire devant la CJUE qui prononcera la nullité de la décision de l’Etat.

Extrait des conclusions de la CJUE : « en l’état des connaissances scientifiques et sur la base des conventions internationales en vigueur, l’huile de CBD ne constitue pas un produit stupéfiant ». Depuis cette décision parue en 2018, les magasins et les boutiques en ligne comme 321CBD proposent de l’huile de CBD en toute légalité pour le plus grand plaisir des 7 millions de consommateurs français (selon les chiffres du très sérieux média LSA Conso).

Pour dire les choses plus clairement, la CJUE considère que toute interdiction du transport et de la commercialisation des produits de CBD respectant le dosage légal en THC (moins de 0,3 %) est une entrave à la liberté de la circulation des marchandises de l’UE, un principe fondateur de l’Union.

Retour haut de page